Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Périlgourdin

Blog pour une information locale rieuse et partagée loin des tristes monopoles

POPOLITIQUE. Rentrée: Périgueux n'est plus la capitale politique du Périgord

Publié le 10 Septembre 2017 par leperilgourdin

L'inauguration de la foire expo de Périgueux était autrefois considérée comme la rentrée politique où les journalistes partaient à la poursuite des petites phrases. Samedi, les médias locaux ont envoyé leurs photographes pour illustrer trois lignes. Le président de l'agglomération a donc fait ses moulinets essentiellement devant des élus macroniens inconnus qui parait-il n'ont pas saisi grand chose. Selon certains observateurs médiatiques, il y aurait eu davantage de gens politiquement intérressants à la clôture du festival de Douchapt Blues le 1er septembre. Au ême titre que celui de jazz à Chancelade en Juin et que le marché aux truffes primé de l'hiver à Sorges. La «capitale» du Périgord ne l'est apparemment plus qu'autoproclamée sur ses plaquettes touristiques.

En remontant le temps

Le piège à cons de la Trinité

Dimanche, fête de la Trinité, le piège à cons est à Périgueux. Les électeurs y avaient  en effet le choix entre Moyrand, Mossion et Le Vacon.

Juppé contre Peyrat.

Le maire de Bordeaux Alain Juppé soutenait  Jean-Jacques de Peretti contre Jérôme Peyrat auxlégislatives en Sarladais. A droite, le camp des vieux se rebiffe contre le putch des jeunes. Ca a saigné.

Pagaille en marche

Au cours des dernières soirées électorales à la préfecture, les micros se sont tendus vers un monsieur portant beau et distribuant sa carte d'ancien cadre des douanes . Après le bon score de Macron sur Périgueux, il se voyait  bien tirer les marrons du feu entre ces pauvres Moyrand (PS) et Mossion (PR). Mais il était flanqué d'un has been qui a déjà tenté de se faire élire à plusieurs rateliers, et le pot de la victoire a été célébré au Garden Ice. Le populaire va peut-être pas aimer... De toute façon, le parti lui a préféré quelqu'un d'autre et c'est donc la   pagaille en marche. Et en en effet patatras, Macron a trouvé un mec encore moins connu, qui zone dans une mutuelle de fonctionnaires. C'est vachement hors système aussi...

 

 

Poème

Les veaux qui voulurent élire un roi

 

Un jour, les veaux décidèrent de se donner un roi.

Leurs deux créatures prééfrées étaient un banquier et un dictateur

A l'heure du choix final, les discussions de Charybde en Scylla allaient bon train.

 

Comment, dirent les bruns limousins de race à viande,

Nous n'allons pas nous mettre sous le joug d'un raciste

Qui mènera à l'abattoir quiconque est bplus bronzé qu'une charolaise.

 

Comment, rétorquaient les noirs et blancs Holstein, issus de vaches à lait,

Nous n'allons pas nous faire tondre par un fonds de pension

qui vendra nos quotas au plus offrant,

Ne nous laissant que la peau sur les os.

 

Pourquoi pas, répondirent les Béarnais aux longues cornes de cocu,

Nous l'avons déjà fait une fois sans autre dégâts qu'une enculation de plus.

 

Chez les noirs camarguais, on assura que tout çà était bonnet blanc et blanc bonnet,

Et qu'il valait mieux laisser aux imbéciles la joie de la fausse liberté du veaute.

 

Pendant ces polémiques, les bouchers qui ne disaient rien

se contentèrent d'affûter leurs couteaux

et d'ouvrir des linéaires.

 

Au lendemain, le choix fut fait et chacun repartit à sa case de stabulation devant l'ordinateur

 

Moralité, veaute ou pas veaute, tout va toujours de la mal en pis.

 

M.L.

 

Archives

Notre rubrique popolitique en remontant le temps

 

Période électorale: à Beynac aussi, on décide de ne rien décider

Après les avoir traité de délinquants, le psident Germinal Peiro a tendu la main aux «zadistes» opposés au chantier de la deviation de Beynac, en proposant un moratoire. Pas de doute, on est bien en période électorale. Surtout, ne prendre aucune décision...

 

 

Périgueux «en mouvement», mais si

 

Un réunion publique annonçait pour ce jeudi une affiche «Périgueux en mouvement» patronyme désignant généralement les listes politiques qui avancent masquées. Mais le fait qu'elle soit hébergée eau théâtre de Périgueux, et qu'un des thèmes soit le «village Montaigne» que les gens du peuple appellent simplement les boulevards signe le forfait. Ce «mouvement» n'est pas l' En Marche de Macron mais la droite du maire de Périgueux.

 

 

Cheminots, la contradiction périgourdine

Des commerçants de la ville ont décidé de baisser le rideau quelques heures la semaine dernière pour soutenir les cheminots des ateliers dont le nombre est prévu à la baisse sur la ville. Une conséquence de l'abandon des services publics des transports, grâce aux voix de droite, majoritaires à Périgueux, des mêmes boutiquiers. Allez comprendre...

 

Le PS au buffet

Le parti socialiste de Dordogne a organisé, pour mieux mobiliser, un buffet-débat sur les primaires. Ce qui n’a empêché personne de rester sur sa faim...

 

 

 

Législatives et quartier de la gare

Récemment, le staff Moyrand, ex maire (PS) de Périgueux et candidat aux législatives s’est réuni dans un troquet du quartier de la gare pour préparer sa campagne. Bon choix quand on sait quel traitement le maire actuel réserve au quartier. De quoi susciter un nid d’oppositions...

 

Le Parti communiste toujours malade

Aux dernières nouvelles, les responsables du parti communiste de Dordogne tiennent leurs réunions préparatoires aux législatives au centre de rééducation fonctionnelle de Lalande. Le plus étonnant est que la chose est récente alors que le PCF est bancal depuis longtemps...

 

Législatives: Périgueux dans le flou, le Nord droit dans ses bottes

En Dordogne, tout les monde se fout désormais des présidentielles. la course à l‘échalotte est celle de la députation. A Périgueux où le sortant PS Pascal Deguilhem a été reclassé grâce à la proportionnelle des régionales, jette l’éponge, Moyrand revient au grand dam de certains jeunes du parti et non des moindres (Moulènes, Russarie, Bordes...) Quand au maire de Périgueux, qui avait eu la géniale intuition de soutenir Sarkozy et ajouté qu’il ne se présenterait aux législatives que si ce dernier était président de la république, il ne peut plus le faire sans se déjuger. Et sans mettre fort en colère un de ses amis aux dents longues qui est déjà sur les starting blocks.

Dans le nord, Colette Langlade et son suppléant Didier Bazinet remettent le couvert. Par leur sérieux et leur ouverture authentique du terrain et défense de leur territoire, ils sont sans doute ceux qui ont le plus de chances d’échapper, peut être, à la Bérésina socialiste annoncée sur la France.

 

Le petit Medef de la Grande Aquitaine

Selon le journaliste Pierre Tillinac qui connaît bien les territoires pour avoir exercé en Dordogne, çà groume dans la « nouvelle » Aquitaine, où on accuse Bordeaux de truster tous les pouvoirs. En Dordogne restent cependant les sièges régionaux de la ligue de football, de la fédération de pêche et du Medef du pauvre christophe Fauvel. On est sauvés...

Nos contrées inconnues

Dans sa mise en place de l’organisation grande Aquitaine, la revue régionale CFDT évoque une réunion préparatoire en Corèze (sic). Signe que même dans le syndicalisme, les bordelais sont aux commandes et ne connaissent ni nos contrées oubliées, pas même leur orthographe.

Droite dordo-niaise: toujours un train de retard

Nos élus de droite à la région viennent de demander l’ouverture à la concurrence des trains TER qui faute de moyens sont de pire en pire. Leur ami du PS Macron ne vient-il pas de le faire avec le lignes de bus Bordeaux-Brive?

 

Les tracts de la gauche tautologique

Ces derniers mercredis, devant le Palais de justice de Périgueux, des tracts étaient distribués, signés par Libre pensée Dordogne, Jeunesse communiste, Dordogne Palestine, Femmes Solidaires, RESF24, Europe Ecologie Les Vers, Syndicat CGT du Conseil Départemental, Association Départementale des elus Communistes et Républicains 24, le tout assorti d’un , ... qui veut dire et coetera. Contenu de cette « adresse aux femmes, aux hommes et aux jeunes de Dordogne »: en gros, la guerre, c’est pas bien, et il faut faire la paix. Il y avait même un numéro de téléphone portable pour qui voudrait philosopher cette tautologie. On n’arrête pas le progrès.

 

Périgueux, la seule ville de droite qui tue le marché.

Durant cet été, les commerçants pour touristes, à courte durée de vie entre Clarté et Limogeanne à Périgueux , ont barré de leurs étals presque les rues de sortie du marché, sans que l’adjoint au commerce qui arpente le pavé y trouve à redire. Remballer et repartir devient un calvaire pour les ambulants du Coderc, décus de laz municipalité. Une droite qui tue le marché, c’est en effet quelque peu contradictoire...

 

L’Huma- nisme chez les cocos pétrocoes

On a croisé à l’œuvre à l’espace Aragon, siège du PC de Périgueux , un fourgon de la ville de Trélissac apportant des stocks de bière, colifichets et étals en kit pour le stand périgord de la fête de l’huma. Les liens étroits entre presse, collectivités locales poésie et alcoolisme se confirment.

 

Jour de soldes à la municipalité de Périgueux

Au premier jour des soldes, on pouvait croiser le premier adjoint et la directrice de communication de la ville de Périgueux à l’espace jaune Poussin, voisn de la mairie. q’une municipalité sans perspectives becte dans un restau sans fenêtres, c’est d’une logique irréfragable...


 

 

 

D’autres désopilants échos politiciens?
 

Cliquez ci-dessous sur


« Popolitique Périgourdine"

Commenter cet article