Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Périlgourdin

Blog pour une information locale rieuse et partagée loin des tristes monopoles

CACAPIPITALISME. En Dordogne-Périgord, les affaires sont les affaires

Publié par leperilgourdin

L'économie pas triste

du Périgord,

en remontant le temps

 

 

 

La  réponse de Batman à Christophe Fauvel 

 

Dollar brûlant à Bergerac
Polyrey stratifés à Bergerac, site classé Seveso,  et qui appartient  au fonds d’investissement américain CDR, a subi une deuxième  alerte incendie. Après celles de la semaine précédente,  2014,  et et 2012, que la presse locale a déjà oubliées.  Pas touche à l’oncle Sam.

 

Police et arracheurs de dents à Boulazac
Une perquisition a eu lieu au Conseil de l’ordre des chirurgiens dentistes, à Boulazac, a la suite de la plainte d’une mutuelle. Aqui les accuse   de mentir comme des arracheurs de dents ou de la plomber?

 

Train Périgueux-Paris, cause toujours
« Médiateur pour la SNCF, l’ancien ministre Jean Auroux a écouté les doléances des élus de Dordogne ou de Gironde concernant la desserte TGV à Libourne » (Sud-Ouest 5/5/2015). Ce qui n’engage à rien. On sait déjà en effet que la mise en place de la LGV se  traduire pour les périgourdins par moins de TGV vers Paris depuis Libourne. Le progrès, c’est toujours pour les autres, zut alors !

 

Dynastie vendeuse à Montpon
Kimo, instruments de mesure, 330 personnes à Montpon, est  vendue en juin p »our se dévolopper » assure la PDG Sandie Moulinet, fille de son père, dans cette entreprise familale et dynastique. Les collectivités locales, qui l’ont souvent aidée, s’évoeunt parfois inquiètes, on se demande pourquoi.

 

Les deux millions  de Ryanair
  Ryanair célèbre deux millions de passagers. Et le contribuable qui paie l’essentiel de la place, il célèbre combien de millions de déficit?

 

 

SOS AOL.

Des parents qui se plaignaient de harcèlement à l’école Albe de Périgueux se sont entendus répondre par un enseignant que ce qui se passe en cour de récré est du ressort de l’AOL. Voilà une asso qu’on a virée de la cantine pour enrichir une société privée, mais qui reste commode pour se défiler

 

Drôle de cuisine à la cantine

« Un grand chef récompensé par un Bib gourmand a préparé le repas à la cantine de l’école André Boissière » (Sud-Ouest 10/4/2015). Voilà de la com qui change de l’AOL, et qui est surtout de la bonne cuisine pour la société privée à qui la ville a abandonné les repas de nos enfants.

 

La Chambre rabiotait sur les taxes

Jean-Chrsitophe Granger, président de la Chambre d’Agriculture est furax. Il va déposer un recours après que le méchant préfet Christophe Bay ait remis en cause son budge t prévisionnel. Dans lequel les gros agriciulteurs de la FDSEA qui dirigent la chambre, aient oublié de rabaisser comme le veut la loi le taux de taxe foncière qui est alloué à leur organisme. Ah bon, on ne rabiote plus comme avant?

 

 

 

2015

 

 

Jacquou paie pour Cro Magnon

Après Maïsadour et EDF, le conseil général applaudit le mécénat d’un chèque de 700 000 euros du Crédit Agricole pour Lascaux 4. Au cas où les paysans auraient des doutes sur le fait qu’on leur préfère le tourisme, ils ont la réponse.

 

 

Les meilleurs selon les banques

Dépenses, impôts, Sud Ouest a relayé en cette veille électorale et sans aucun recul critique le classement des Départements de la région selon l’officine BFM business. Les meilleurs étant selon les donneurs de leçons ceux qui dépensent moins, font et font payer le moins d’impôts. C’est à dire ceux qui font le moins bien leur travail de service public. La pensée financière unique est en place.

 

 

Boutiquiers versus SDF

Les commerçants de Périgueux se sont auto offert, avec l’aide des services techniques de la ville, dont le maire s’est vanté d’avoir accéléré le rythme de travail, un pot avec toast et musique d’où un SDF a été gentiment mais fermement éconduit. Il a jusqu’à l’été et au prochain arrêté anti-mendicité pour retenter sa chance sur le trottoir.

 

Incendies immobiliers

« Des pompiers formés à la protection du milieu forestier en Bergeracois » (Sud-Ouest 3/3/2015). Contre les permis de construire consentis n’importe où par les élus en période pré-électorale?

 

Le temps roule pour eux

Le tribunal de la sécurité sociale de Périgueux a jugé sur l’exposition à l’amiante le cas de deux cheminots dont l’un est décédé en février 2013. La preuve que les patrons ont raison de faire traîner les dossiers. La SNCF vient ainsi de se gagner un ticket à 50%.

 

Des sièges bancaires en bois du Périgord?

Sud-Ouest a annoncé (28/2/2015) qu’ex Imberty, le groupe Gascogne Wood supprime 77 emplois dont 34 en Dordogne, à Belvès et doit fermer son unité du Bugue. Les scieries exploitant lnos forêts avaient été reprises l’an passé par un consortium de la Banque Publique d’investissement et le Crédit Agricole. Le même jour, le même journal mais dans une autre page indique que le Crédit agrixcole va engager 20 millions d’euros dans la ré novation de ses sièges sociaux. Des sièges en bois du Périgord?

 

Ceci est une élection version assurance santé

Une « mutuelle » santé périgourdine, qui vient d’intégrer un groupe d’assurances privé vient d’envoyer à ses ouailles du matériel de vote, composé d’une seule liste de délégué, et avec aucun nom à rayer sous peine de nullité. D’aucuns, adhérents -ou clients?- se sont demandés ce qu’il y avait d’électoral là dedans, sinon pour la façade. Ceux qui y croient encore ont mis leur bulletin dans l’enveloppe. Laquelle n’était pas au format, obligent à des pliures bizarroïdes. C’est ce qu’on appelle la couverture santé à géométrie variable.

 

Pas de banque sans fumée

Mon banquier qui se dit vert et a pignon immobilier sur les boulevards propose de me vendre des détecteurs de fumée, il n'y a pas de sot métier. La question est de savoir si cela peut détecter les fumées qui cachent dans quels coups tordus on investit nos épargnes.

 

Cartes postales locales

Les rayons grande surface « culturels » de l’agglomération périgourdine ne manquent pas, même en hiver des cartes postales. Des vues de la Dordogne made in Albi dans le Tarn. Et ce malgré l’existence d’un éditeur périgourdin à quelques kilomètres. Mais au vu des gondoles made in China qui pullulent à côté, c’est presque un produit local.

 

Boulazacoca délocalisé

Le Dordogne Cola, lancé l’entrepreneur Boulazacois Jean-Paul Lachaud vient d’arriver sur les rayons des magasins. Les Américains vont voir ce qu’ils vont voir. Il est fabriqué à Saint-Yrieix-La-Perche... en Haute-Vienne. C’est dur, de ne pas avoir les moyens de ses ambitions.

 

Dynasties d'avocats sur la ville

Closer ironise cette semaine sur le fait que que Sarkozy aurait trouvé du travail pour son fils dans son cabinet d'avocats. Le Périlgourdin s'est aussitôt jeté surt les pages jaunes de l'annuaire pour constater qu'à Périgueux, les fils de, gendre de ou femme de qui ont posé une plaque de cuivre devant leur porte sont en fait légion. Mais comme il s'agit d'une activité libérale, on ne peut pas parler de népotisme. Le barreau n'est pas le Conseil général.

2014

 

La fin des pantoufles

« Fin des chaussons à Piégiut-Pluviers. Le tribunal de commere a prononca la liquidation de Jean-petit Proiuction Wapiti, qui emploie 36 personnes à Nontron.(100 en 2005) . Ni banderole ni révolte l'entreprise était dirigée par Alexandre Laffont, le petit fils du fondateur » (Sud-Ouest 14/1/2015). Calme sur la ville, les Dordoniais ont toujours été très respectueux des dynasties

 

Léthargie boutiquière sur Périgueux

S'être donné un président dont le bistrot a été liquidé ne donne ni moral ni bonne image, à l'association des commercants de Périgueux qui est en sommeil et en voie de dissolution. Les grands projets avec la ville ont fait long feu, et les boutiquiers se sont débrouillés tout seul, et pas si mal lors des animations depuis un an. la nouvelle génération serait elle plus débrouillarde?

 

Grand Périgueux, quand les soldes font des otages

Des commerces malins, dont une boutique de meubles de l'agglomération profitent de cette pémriode de soldes pour jouer les big brother. C'est ainsi que les acheteurs se voient proposés d'alléchants paiements différés en trois mois sans frais. Pour cela, il leur suffit de remplir un dossier pour avoir la carte du magasin auprès d'une charmante hôtesse qui leur demande leur situation maritale, les revenus mensuels respectifs de chacun des conjoints, et leurs eùmails et téléphones pour les inonder de publicité et autres «promotions».

Le sans frais quant à lui se traduit, une fois la facture éditée, par un petit crédit affiché à 0,0318% et d'une assurance-garantie qui va avec la carte au forfait de 29,90 euros. Le tourt repérsentant donc, pour un achat de 1000 euros, 3,02% sur 3 mois dans un pays où l'inflation est à moins de 1%. Bien joué non?

 

Le vocable «mutuelle» des chers assureurs périgordins

Pourt ceux qui auraient encore des doutes sur le fait que la Sécu est la seule vraie mutuelle, hque les choix politiques grignotent hélas de toutes parts, la fin d'année, avec la révision des contrats d' assurance maladie complémentaires sont édifiants. Exemple, celle d'une société qui s'appela autrefois «périgourdine» et se dit encore «mutuelle» qui avec le petity Noël apprernd à ses adhérents qu'elle fusionne avec 8 autres mutuelles daau sein d'une grosse société d'assurances. Pour un contrat moyen, la hausse de cotisation au premier janvier est de 6,4% Le lendemain de l'envoi de leur échéancier, toutes les lignes étaient occupées. Tu parles...

 

Des têtes, pas des platanes

Périgord ressources, une association terrassonnaise, coupe des têtes en se défaisant de 9 personnes dont 4 délégués syndicaux pourtant modérés. Dans le même temps, ,on apprend cependant que les platanes de la villle ne seront pas coupés. Ouf, on a échappé au pire.

 

 

 

Salariés irresponsables à Condat

« Grève aux papeteries de Condat, la direction en appelle à la responsabilité des salariés » Sud-Ouest 19/32014). Venant d’un fonds de pension américain dont les actionnaires se sucrent à chaque licenciement, la demande de ne manque pas de sel.

 

Limogeanne, boutiques et création

Rue Limogeanne, une professionnelle de la restauration s'est lancée dans une boutique de «création» de bijoux. Pour Noël, on espère juste ne pas trouver d'huître dans les perles.

 

Agriculture, chère Chambre .

Jean-Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture de la Dordogne est nquièt pour la clôture de son budget 2015 (SO 29//11/2014) Ah, cher Pont du Cerf. Pas facile de jouer les gentleman farmers.

 

«Non à Innovelec»

L'entrepise innovelec, de jean-Philippe Guglielmi, de Boulazac, sur laquelle les élus et les médias locaux ne tarissent pas d'éloges a vu les employés d'une de ses filiales de Toulouse, rachjtée l'a dernier et déjà liquidée venir manifester à Périgueux, pour ne pas être fusionnés dans Innovelec, mais repris par un autre, situé dans leur département. Le tribunal leur a donné satisfaction, les faisant ainsi échapper au pire. Selon eux en tout cas.

 

Péchalou est pécho

Une holding Quinoa Développement, dirigée par Thomas Beezet vient de racheter, depuis l'agropole d'Agen,avec la société de «capital invstissement IRDI les yaourts Péchalou, de Saint Cyprien. C'estbà ça qu'on reconnaît les pays sous-développés. Dès qu'un truc marche, les riches étrangers lseen emparent

 

Camembert touristique

 Qui dit que l’argent n’a pas d’odeur ? Périgueux Ville d’Art et d’histoire a proposé une visite de la fromagerie la plus chère de Périgueux rue Limogeanne : 2 euros rien que pour voir.

 

Un centime le lait

« Les producteurs de lait protestent contre la décision de groupe Bongrain de baisser le prix d’achat du lait en cours de contrat. (Sud ouest 7/10/2014) Etre agriculteur et n’avoir qu’un gros monopole seul client, c’est le retour à l’esclavage médiéval.Personne ne leur avait encore expliqué ça à nos croquants ? Le prix passe endessous des 13,87 euros les 1000 litres. Ce qui fait 1 centime le litre. Et on vous le revend combien déjà ?

 

Une aide pour le Medef

« Le Conseil régional a voté une aide à l’entreprise Fauvel Formation pour un développement du unité de télétravail « (France Bleu Périgord 6/10/2014). L’aide du contribuable au patron du Medef, il fallait y penser, une région PS l’a fait. Encourager la formation à distance par ordinateur, itou, il fallait oser. Seul le président des présidents de région pouvait.

 

Le pain et le courrier.

« Dans le Bergeracois , la Poste lance l’expérience de faire aussi distribuer le pain du boulanger dans la tournée du facteur ». (France 3 Aquitaine Périgords 9/10/2014). Si c’est avec les mêmes moyens à la baisse que pour la distribution du courrier, on n’a pas fini de bouffer des quignons rassis.

 

Une miss chez la miss

Miss Périgord s’est fait pour une f nale, coiffer chez la belle Delphine, dans le Greffe à Périgueux , qui est un des salons les moins chers de la ville, et pourtant un des meilleurs. Conclusion, il y a des moins s moins cons et fashion victimes que d’autres.

 

Sortir Trélissac du rouge

« Budget invalidé à Trélissac, c’est le préfet qui doit faire appliquer les taux d’imposition. » (SO 11/10/2014) : + 15%, c’est la solution préfectorale. Il faut dire que pour sortir Colbac du rouge, il fallait un remède de cheval.

Entreprise explosive

Bergerac NC était devant les juges cette semaine pour une explosion qui avait fait des blessés en aout 2011.Reprocher des explosions à une Poudrerie, auta,nt reprocher des couleurs à un peintre.

 

Vinci veni vidi

Vinci explique dans la presse locale avoir empoché 1,9 millions d’euros en un an, avec des recettes toujours à la hausse sur Périgueux, mais se plaint de la présence des marginaux et étudiants sur ses parkings. Sur le reste de la planète, la même multinationale en empoche les ressources mais ne se plaint pas des paysans affamés. C’est l’exception culturelle périgourdine.

 

Le Medef se délocalise

Le Medef veut investir à Creavallée. Histoire de prouver qu’il est aussi éloigné de ses patrrons cotisants que la Chambre de commerce l’est des commercants, la Chambre de métiers des artisans, et la chambre d’agriculture des paysans ?

 

Recrutement sauce foie gras

Euralis, qui fait dans le foie gras avec des sites en Dordogne, a avec la bénédiction de Pôle emploi organisé un recrutement sans CV expérience, par tests au travail. Un truc comme un autre pour ne pas payer l’expérience. Les actionnaires savent toujours comment se gaver, en truffant le salarié.

 

Imberty le candidat

Jean Luc Imberty est candidat à la reprise du groupe Gascogne wood (2000 ) qui possède des unités à Belvès et au Bugue. Il y a quelques années il avait aussi été candidat à une implantation sur la zone de La Douze du temps de l’Isle-Manoire de Jacques Auzou...

 

Travaux, le bon choix

le groupe Villemain (45 salariés sur 500 pour la Dordogne) est en liquidation judiciaire. C’est à lui qui les périlgourdins avaient confié la restauration de Saint Front à Périgueux, de l’abbaye de Chancelade et du château de Commarque. C’est ballot. L’affaire vient entre autres d’un problème avec Bouygues. Avec qui on travaille pour la couverture téléphonique ? Ce serait encore u super choix.

 

Isoa, contribuable mal isolé

Isoa de Boulazac est en redressement. Les collectivités locales cherchent une solution, nous dit-on. c’est super, l’économie mixte selon l’agglo périgourdine. Quand les affaires vont, c’est l’actionnaire empoche. quand ça ne va pas, c’est le contribuable qui paie

 

Maïsadour préfère Lascaux pour son blé. Le groupe Maïsadour, qui a repris les abatoirs Gaye de Terrasson a décidé de mettre 300 000 euros dans le sponsoring à Lascaux 4. Par contre, les ouvriers attendent toujours le nouvel abattoir de Terrasson, dont la construction est repoussée, le PDG expliquant que ce site perd de l’argent. Lequel va donc rester préhistorique ?

 

Vigier perd des emplois et gagne un prêt

Le groupe thibérien de BTP Vigier, à qui le Conseil général -toujours socialiste ?- a apporté son aide malgré des suppressions d’emploi, vient de céder sa partie BTP à Vidal, de Trélissac, ne gardant que le plus rentable, les métiers de l’eau. S’il licencie des plombiers, il aura une prime du syndicat de l’énergie ?

Polyrey, un pédégé pour trois boîtes

Le PDG des stratifiés Polirey a quitté ses fonctions au bout de 6 ans de l’entreprise qui est en « belle croissance ». Si on oublie évidemment le plan social de 2006 et les affaires d’amiante...

La raison est que l’entreprise appartient, à travers deux sociétés américaines, au fonds de pension Wilsonart. Et il a été décidé d’avoir désormais un seul PDG pour les trois entreprises de stratifiés qui lui appartiennent en Europe. L’important, n’est-ce pas, c’est que les dividendes des actionnaires continuent de monter.

 

Machines à sous à Boulazac

L’entreprise de cuir Rubi Freyberg biais (Du greoupe Jabouley de st Etienne), basée à Boulazac a reçu une aide de 31 000 euros du Conseil général pour l’achat de machines. C’est chouette d’être sur la commune d’un vice-présidentaùmi du capital. A quand une aide du Grand Périgueux maintenant, pour payer les ouvriers ?

 

Restaurateurs électriques sur la ville

 Grogne chez les restaurateurs après la panne EDF de mardi dernier. Certains demandent des dédommagements.   A commencer par les imbéciles du vieux Périgueux qui se sont équipés en tout électrique, C’est pas les mêmes professions qui demandaient une baisse de la TVA, et moins ‘argent pour l’entretien des lignes ?

 

Impressions de délocalisation

Jerome Gabuteau qui a repris l’imprimerie Fanlac se plaint dans la presse locale que les collectivités de Dordogne fassent faire leurs impressions à l’extérieur du département. Y compris leurs discours sur la nécessité du développement local ?

 

  Bergerac : Fauvel, subventionneur de haut vol

Bergerac, aéroport de haut vol

La chambre régionale des comptes vient de juger jugé illégales et ruineuses les aides accordées par la chambre de commerce et les collectivités à l’aéroport de Bergerac. Christophe Fauvel, patron des patrons des pétrocores a réagi dans la presse locale en soulignant « la place capitale de l’aéroport dans l’économie de la Dordogne ». Capitale surtout dans l’économie des petits chefs volants dont les sièges sont subventionnées par les impôts des smicards.

 

 

 

2013

 

A Mussidan, repreneur exigeant

L’entreprise Mussidan Sièges, spécialisée dans les fauteuils de spectacles est en difficulté et attend une décision du tribunal. Le repreneur est intérréessé par l’activité, mais annonce qu’il diminuera les effectifs de moitié et demande à ce que la collectivité mette 840 000 euros dans la mise aux normes des bâtiments. personne n’a à ce jour protesté. Le chantage à l’emploi est une escroquerie qui marche toujours...

 

, Christophe Fauvel, président du Medef Dordogne et de la Chambre de commerce (il n’y a pas que les conseillers généraux qui cumulent) vient d’être -encore- l’invité de France Bleu Périgord, pour expliquer,  sans qu’on le mette en doute que la réponse à la crise était la hausse du coût du travail.

Au dernier congrès de son organisation, il appelait par exemple ses adhérents  à lutter contre les radars qui empêchent de tuer son prochain ou refuser les inspections du travail et autres contrôles qui empêchent -très peu d’ailleurs- d’exploiter en rond. Faute de quoi c’est la misère.

Le malheureux défenseur de la très écologique  ligne Périgueux-Paris a d’ailleurs déjà dû rogner sur ses dépenses en laissant sa voiture au garage pour répondre à l’interview de la radio par téléphone... 


Mauvais (e) foi (e) entre  Delpeyrat et Labeyrie ? 

On apprend par la presse économique que  Labeyrie a attaqué attaque Delpeyrat en référé.  Dans une pub télé pour le saumon du second, la marque du premier apparaît fugitivement avec d’autres marques jugées comparativement moins bonnes. Quand  Delpeyrat était un Sarladais  qui faisait du foie gras périgourdin, et pas une marque anonyme d’agro-alimentaire, on était loin de ces affaires peu amènes. De quoi  -presque- regretter le capitalisme de grand papa. 


 

Adieu la posteUn client  de Virgin mobile qui avait acheté son pack à ... la poste de Périgueux vint de se voir refuser par l’opérateur le déblocage de son appareil, pour passer à un abonnement chez... Orange,  soit la marque de l’historique France Telecoms. De quoi nous faire regretter les bons vieux PTT, quand les choses étaient claires, et que la poste de Périgueux n’avait pas encore été en marchande de gadgets.

 

Eau régime

Les eaux de Velines, taries depuis des années après la faillite de leur patron,un élu UMP,  sont rachetées par une multinationale qui y promet 15 emplois. Dans l’analyse de l’eau, on va encore trouver des traces de salaires de merde.

 

Bricolage local

Le projet d’espace de bricolage Leclerc de Trélissac a été retoqué. La commission départementale avait dit oui à Fabrice Faure, mais la commission nationale a dit non. Avec deux arguments, la mis en péril des commerces de bricolage déjà existants et une augmentation du trafic routier déjà lourd sur cette zone. Les Parisiens seraient-ils, finalement, plus intelligents que nos élus locaux ? 

 

Orange, une si longue attente

Pour le dernier jour des vacances, pourtant  creux, il y avait une heure d’attente à la boutique d’Orange de la rue Taillefer à Périgueux. Comme quoi le commerce en centre-ville, ce n’est pas simple comme un coup de fil.  

 

Livre gourmand sans bling  et bling

Les jours  où se tiendra le salon du livre gourmand de Périgueux, Bordeaux  lance celui de l’hotellererie-restauration, concurrent. On risque donc fort être privé d’ Etchebest, ancien chef des Reynats aujourd’hui à Saint Emilion. bling.  Et Darcos, ancien chef de  Périgueux,  retiré  à Arcachon.  Rebling. C’est dur. 

 

Cher Serious game 

« Le futur « Serious Game » du Thot coûte 400 000 euros, financ » pour moitié par la région Aquitaine et par la Semitour pour l’autre partie » (Sud-Ouest 23/8/2013). Le contribuable va adorer.   

Tout va  bien, sauf l’emploi

« Les chefs d’entreprise anticipent une accélération de la reprise dans les prochains mois, sans bénéfice sur l’emploi » (Objectif Aquitaine, 12/8/2013).  Ben voyons. 

 

Beaux dimanches

« Gifi veut 500 magasins en 2017. Le PDG Philippe Ginestet, de Villebneuve sur lot en veut même 1000 dans le monde d’ici 2025. » (Objectif Aquitaine 21/8/2013) Chouette, ça en fait des pauvres caissières déguisées en actionnaires à emmerder le dimanche, Mais à Trélissac, en territoire communiste, c’est encore plus rigolo.

Le Mont Blanc c’est pas à Périgueux

 Un lecteur n’a pas trouvé de recharges bleues pour son le stylo Montblanc qu’on lui a offert. Trop chic selon la marque pour être vendues dans les tabacs papeteries-tabac, désormais en bijouterie, rue Taillefer.  qui était en panne d’encre bleue cet été. On le savait,  le savoir, que ce genre de stylo ne sert pas plus a écrire qu’une BMW à se déplacer.

 

D’Aucy de là 

D’aucy, qui propose de reprendre un site à Bergerac est entrain d’en abandonner un en Saône-et-Loire. Chez Montebourg. Et l’autre ne hurle pas à la délocalisation ?

 

Caricatures blasphématoires 

Christophe Fauvel, patron du Medef Dordogne a tenu une conférence de presse pour dénoncer une caricature des patrons du groupe Lecta affichée dans un local de l’usine de Condat-le-Lardin. Il pourrait peut-être constituer un groupe avec les défenseurs de l’image du prophète Mahomet. 

 

 

Sourire effacé

La boutique de blanchiment des dents de la rue Limogeanne à Périgueux, que l’association des commerçants et son président Jean-François Cros avaient promotionnée à répétition, sous prétexte de mode,  dans leur newsletter a déjà mis la clef sous la porte. Preuve qu’au final, les clients ne sont pas si bêtes et tiennent à leur santé. 

 

Passerelle capitaliste à Boulazac

Avec les beaux jours, on revoit les homme casqués sur les chantiers, notamment du groupe Eiffage a qui on doit la passerelle de Boulazac et où un ouvrier est mort. ils sertont heureux d’apprendre, alors que la réorganisation du grouype a amené à revoir de acquis sociaux et à maintenir de plus en plus de samlaires au plus bas, que l’an dernier, l’action a gagnée 22,04% à ses détenteurs. il vaut mieux être un pro de l’attaché case que le la pioche, ça on le savait déjà, mais c’est confirmé.  Et que Jacques Auzou, élu communiste qui avait confié son chantier à cette vertueuse entreprise serait tout a fait crédible comme président de la CAP  et ami des capitalistes.

 

Economie souterraine et brûlante

Le Conseil régional vient de voter  une aide la société Bernier frères, spécialiste dans le funéraire à Saint Jory Lasbloux, à hauteur 158 000 euros. Quand nos impôts viennent à la rescousse du privé, en général, c’est que ça sent le sapin. Chez ce fabricant de cercueil, c’est vraiment le cas. 


 

Le virtuel, ça marche

«KPAR 3 prévoit un agrandissement » (Lettre de la vie économique 11/3/2013) Cette entreprise qui siège à Carsac Aillac est spécialisée dans le conseil. Et le développement des entreprises qui fabriquent, c’est pour quand ? 

 


 

 

Robinets Hammel, de Marsac à Angoulême. « Hammel prend le contrôle de LT Aqua + » (lettre d’Objectif Aquitaine 8/1/2013). Et annonce d’autres acquisitions prévues cette année. ajoute à ses sanitaires, plomberie chauffage les meubles de salle de bain. Idée, croissance externe par diversification. Bain voilà. 

 

2012

 

Poudrerie  aux yeux. « C’est une chance pour Bergerac de posséder sur son territoire un site classé Seveso 2, mais encore faut-il savoir s’en servir pour attirer les entreprises »  estime (Sud Ouest 27/11/2012) Philippe Besse de « Périgord développement » chargé du dossier de reconversion de la SNPE de Bergerac. Hébé au boulot. Et on saura au résultat si cette agence installée comme d’autres gros machins à Cre@vallée est aussi virtuelle que le reste ou pas. 

Galeries

« Le promoteur Gérard Teulet s’oppose à la vente des Nouvelles Galeries de Bergerac qu’il  essaie d’aménager » (Sud-Ouest 9/6/2012). Si c’est de la même façon qu’il essaie d’aménager divers immeubles du centre de Périgueux toujours en chantier, c’est en effet dommage. 

Poudrerie  aux yeux. « C’est une chance pour Bergerac de posséder sur son territoire un site classé Seveso 2, mais encore faut-il savoir s’en servir pour attirer les entreprises »  estime (Sud Ouest 27/11/2012) Philippe Besse de « Périgord développement » chargé du dossier de reconversion de la SNPE de Bergerac. Hébé au boulot. Et on saura au résultat si cette agence installée comme d’autres gros machins à Cre@vallée est aussi virtuelle que le reste ou pas. 

Galeries

« Le promoteur Gérard Teulet s’oppose à la vente des Nouvelles Galeries de Bergerac qu’il  essaie d’aménager » (Sud-Ouest 9/6/2012). Si c’est de la même façon qu’il essaie d’aménager divers immeubles du centre de Périgueux toujours en chantier, c’est en effet dommage. 

2011

Mauvaise impression

A l’entreprise Euroflash de Brantôme, sur  laquelle la Dordogne Libre ne tarit pas d’éloges,  le patron Arnaud Lefébure a repris une entreprise d’Angoulême et entend balader certains des 30 employés vers les douces prairies charentaises, qui s’en sont inquiétés du côté  de la bourse du travail. Là, un  syndicat a surtout fait le constat qu’il n’existait pas de délégué du personnel au pays des Dames Galantes.

 

Patron en Dordogne par nécessité

 « Si nous quittions Paris, nous choisirions Bordeaux » (Thierry Faure, directeur de l’entreprise Lucas-Milhaupt à  Ribérac dans Objectif Aquitaine du mois de décembre. Il explique que femme et enfants , qu’il rejoint chaque semaine est restée à Paris, pour avoir de bonnes écoles et de bons réseaux professionnels. La Dordogne, c’est juste bon pour faire suer le burnous... 

Le tourisme, c’est le commerce

On s’en doutait un peu. Mais il aura fallu attendre que Périgueux soit une ville de gauche pour créer un « office du commerce et du tourisme ». Dans ce machin à présidence duquel pédale le cycliste Jean-Michel Bouillerot, figurent les habituels people incontournables, de l’improbable bouquinnniste Millescamps à l’inénarrable  patron de bistrot automédiatisé Jean-François Cros 


 

Les fonds de pension prennent le yacht à Terrasson

Après redressement, la reprise en 2007 de l’entreprise Conti, de Terrasson devenue Conty par le groupe Couach, installé au bassin d’Arcachon, avait soulevé un concert de louanges et d’éloges sur l’adaptabilité, les menuisiers, sous la direction de Stéphane Raux,  s’étant reconverti dans l’aménagement des yachts de luxe.  La revue du Conseil général de la Dordogne y voyait même la première application positive des liaisons Est-Ouest facilitées par l’A 89. Mais le feu de paille s’est calmé deux ans plus tard avec la d éfection  du premier actionnaire, et cet été  un plius qu’inquiétant  épilogue qui a vu le patron de Couach, Patrick Vial,  exécuté  d’une balle d’un 22 long rifle sur son yacht à Porto Vecchio. dans le même temps, l’usine Conty de Terrasson est tombée de 18 à 11 employés, et  le fait divers digne d’une série américaine vient de se transformer en banale histoire de crise, avec le rachat du Chantier naval Couach, à Gujan-Mestras (33),  à la société Nepteam, à Paris, un fonds d’investissement, ce qui n’est habituellement pas bon signe pour l’emploi.  si l’entreprise Conty se refuse à communiquer sur la question, renvoyant à la direction du groupe en Gironde, on sait  Nepteam est présidé par Christian Chevalier, associé à Florent Battistella, ex-directeur général du groupe Converteam, à Massy (Essonne), spécialiste de la conversion électrique cédé en début d’année à l’américain General Electric. 

De la truffe au caviar

« Delpeyrat (groupe Maïsadour), spécialisée dans le foie gras, devrait se lancer dans le caviar » (Sud-Ouest 6/10/2011). L’avantage du caviar sur la truffe, pour ce groupe qui n’a plus rien de périgourdin, c’est qu’il s’agit d’élevage artificiel d’esturgeons. A côté l’environnement et les modes de vie dont les changements ont nui au diamant noir,  peuvent  continuer à se dégrader sans conséquence sur la productivité immédiate de la chose.  

 

Initial’chef pas parfait

L’association Périgord foie gras a invité des cuisiniers à des démonstrations de travail du foie gras, pour la promotion du produit, chez Initial’s Chef à Périgueux.  S’ils avaient regardé la télé, ils sauraient pourtant que la patronne est arrivée dernière de la compétition pour l’émission « un dîner presque parfait ».

Le grand manège de la CCI

La foire expo s’ouvre pour 10 jours avec 4 manèges et des structures gonflables à accès gratuit en  nombre pour les gosses. On comprend qu’il faille autre chose que des piscines et des voitures à vendre pour des Périgourdins au portefeuille 2011 sérieusement appauvri. La Chambre de Commerce et d’Industrie de la Dordogne a parfaitement réussi sa reconversion dans la  fête foraine...

 

ISOA azimuthée 

« On en sait un peu plus sur les modalités d'application de la cession et du plan social chez ISOA après le rachat par la société Azimuth.  Et comme prévu, une centaine aine de postes vont être supprimés, précisément 108 sur les 303, dont 80 dans le Périgord. » France Bleu 2/9/12011). Ce monde ne pardonne ni les mauvais investissements ni la crise:  le fondateur historique Salvatore di Leone, qui fut longtemps le choucou des élites locales reste dans le groupe mais comme simple directeur commercial.

Condat , les indigènes ignorés

« 30 000 heures chômées sont annoncées aux Papeteries de condat. La CGT dénonce un chantage » (SO 30/8/2011). 400 des 630 employés qui restent d’une entreprise qui en comptait encore 1200 en 1992 sont touchés. La productivité, elle, est au top : en 1992 1200 salariés produisaient  200 000 tonnes de papier par an, et l’an dernier, de 650 salariés pour  540 000 tonnes. Comme d’habitude, si le journal ne donne que le point de vue de la CGT, c’est que le groupe Lecta, qui dépend de fonds de pension américains propriétaire n’a cure de s’expliquer pour des indigènes. 


 

Les dix actus rigolotes de l’été 2011

 

1) Le robinet des anges

Créée en 2009, l’association Périgords Angels veut faire plus parler d’elle sur terre.  François Gaumet, ex CCI, participe à l’animation d’une vingtaine d’adhérents ou « businness angels » qui ont...vocation de donneer  le coups de pouce à des projets, entre aide publique et capital privé. Le philosophe  Pascal mettait pourtant en garde contre les miracles en  soulignant que l’homme, n’est ni ange ni bête et qu’à  l’occasion, qui veut faire l’ange fait la bête. 

Mais ces troupes généreuses, qui cherchent des volontaires plus nombreux, sont pragmatiques. Elles se sotn choisies pour président Raymond Hammel, spécialiste, s’il en est, en matière de robinets y compris donc à finances, son dernier né étant orientable,  « simple et pratique » .  Moyennant quoi six projets ont déjà ainsi été portés sur les fonts baptismaux.  


 

2) Parking Success

Oser le luxe en distributeur « plaisir d’offrir » du Genre fêtes de Saint-Georges, il fallait oser. Prudemment, Beauty Success a tenté le coup en face de son magasin des boulevards de Périgueux, centre névralgique de cette entreprise nationale. S’il n’y a pas encore de Chanel N°5 dans des casiers qui pourraient tout aussi bien délivrer du Coca,  le parfumeur qui sait décliner produits de ville, de grande surface et en ligne fait un essai... sur Montaigne  cette nouvelle approche de la distribution parfumée. L’agglomération,  où une cliente  a trouvé  du Petrus dans les rayons de Leclerc et tenté en vain de le faire passer en caisse pour du mousseux, s’avère en tout cas un terrain d’expérimentation idéal. Le lieu de vente est même sécurisé par les  SDF tout proches qui demandent leur obole à la sortie du Parking.

 

3) La Dordogne veut embaucher... pas seulement l’été

12800 entreprises auraient 10370 projets de recrutement en Dordogne pour cette année 2011 a travers Pôle emploi, assure, triomphal, le service com  de .l’ancienne ANPE. Le  directeur Abdelhak Machit, qui  les comparant aux 12 000 intentions de recrutement de l’an passé doit pourtant bien  avouer la conjoncture qui ne  s’améliore que l’été en hotellerie.  Les employeurs  cherchent  en vain infirmiers, cadres infirmiers et puéricultrices aides à domicile et aides ménagères, aides soignants et auxiliaires médicaux divers, conducteurs et livreurs de courte distance, et employés de libre-service. Parce que la Dordogne aimerait aussi travailler hors saison

 

4) Distribution «propre» au pays de Lascaux

Un premier quad électrique appelé « Quadéo »  équipe désormais un  bureau de poste, à Montignac en Dordogne remplace un véhicule thermique. Utilisé dans des zones urbaines, « Quadéo » peut transporter jusqu'à 150 kilos de courrier et son autonomie est de 25 km. Les batteries se rechargent en cinq heures et l'économie estimée est de 2 à 3 tonnes d'émission de CO2 par an par véhicule. L’effet mode   attirera l'attention sans nul doute, par effet de choc culturel,  les visiteurs de la grotte de Lascaux, patrimoine mondial de l’humanité. Mais à la Poste, l’innovation est toujours prudente :  quatre facteurs ont été, à ce jour, formés à l'utilisation du Quadeo.


 

5) Ethique sociale obligée

 

Unidor a été désignée comme entreprise pilote en Aquitaine en matière de charte sociale. Cette coopérative des coopératives du vignoble bergeracois,  vient de signer une « charte éthique et sociale », dotée de neuf commandements pour une meilleure «qualité de vie au travail ». Elle a été signée  par la direction et  les représentants du personnel, après avoir été rédigée par un groupe de travail réunissant tout le monde et avec l'aide du collectif d'entreprises 3D ainsi que de l'Association  régionale pour l'amélioration des conditions de travail (Aract) Une charte  obligatoire dans les grands groupes, mais trop rarement adoptée dans les PME. Quand on travaille en famille, point besoin d’usines à gaz, les respect mutuel est naturel.

6) Bergerac

Comment vivre sans explosifs

SNPE, aéroport, polémiques municipales, Bergerac est un  bon client des médias cette année.  Les employés  ont pris le 31 mai leur dernier déjeuner à  la cantine historique des employés de la SNPE (Société Nationale des Poudres et Explosifs) qui  a fermé ses portes par décision réaliste, ça arrive,  des comités d'entreprise d'Eurenco et de Bergerac NC. Leurs représentants ont estimé que maintenir le restaurant d'entreprise ouvert sans couler financièrement serait mission quasi-impossible, dès lors que le départ des salariés de Bergerac NC, annoncé, serait effectif. Reste la boisson . Le Conseil interprofessionnel des vins de la région de Bergerac (CIVRB) vient donc d'ouvrir un nouveau mini-site Internet, bergeracgourmet.com, avec vingt nouvelles recettes estivales et des suggestions d'accords. On y retrouve le personnage de Roxane, l'icône « jeune » des campagnes du CIVRB et des idées de cuisine “tendance “. Reste aussi Dieu : le PDG de Sobeca est descendu du siège de Villefranche-sur-Saône pour  la réception des travaux de l’église Notre Dame, une « mise en lumière et de valorisation du patrimoine ».  De quoi réjouir les anglaius qui descendent de l’avion : Christophe Fauvel, président de la CCI,  avance que si l'aéroport coûte cependant 1,5 million d’euros de déficit épongé par les collectivités, il  rapporte presque 200 millions de retombées. Alors que les dépenses des passagers, sont à la baisse, on  vise à terme 400 000 passagers annuels. C’est donc confirmé, on peut vivre sans explosifs si on a la foi

 

 

7) Un gouffre pour tous

Il n’y a pas pire malheur que d’être aveugle à Grenade, dit un  proverbe espagnol affiché devant les jardins de l’Alhambra.  Mais un entrepreneur volontaire vient de lever la malédiction pour ce qui est du Périgord.  En obtenant la 4e fenêtre du label Tourisme et handicap, Alain Francès fait du gouffre de Proumeyssac devient la première cavité souterraine en France à ouvrir ses visites à tous les handicaps : moteur, mental, auditif et désormais visuel. Une nouvelle étape que vient de franchir Proumeyssac, après un travail mené en collaboration avec les associations de handicapés, le Comité départemental  du tourisme et Alain Duverneuil, non-voyant, et  président départemental de l'association Valentin-Haüy.  Ajoutant à l’ambiance  et le fait d’être « dedans », un guide de visite avec des dessins en relief permet  de se faire une idée concrète, des sculptures minérales de la cavité. joli paradoxe que cespectacle  à voir les yeux fermés

8) Repetto fait école

La marque de ballerines et chaussures de luxe Repetto, dont l'usine de fabrication est installée à Saint-Médard-d'Excideuil en Dordogne s’étend de  de 3 500 m2 supplémentaires.  Un investissement estimé à 2 millions d'euros va permettre de doubler la surface de production. A l’horizon avril 2012 et entend créer  150 postes d’ici 2015.  Reste le manque cruel de savoir faire aujourd’hui dans les métiers manuels. Est  programmée pour  octobre l’ouverture d'une école de formation avec des  retraités du secteur qui transmettront aux jeunes.  On n’est jamais si bien servi que par soi-même. De même,  le groupe Hammel dispose d’une école de vente. Question impertinente,  à quoi servent donc les lycées professionnels ? 


 

9) La  taxe qui inquiète  les Anglais

Le projet de création d’une taxe supplémentaire sur les résidences secondaires occupées moins de six mois par an inquiète en Dordogne  où notamment les 6300 Anglais résidents constituent désormais un  véritable poids économique.  

Le projet de loi de finances rectificatif entend compenser le manque à gagner induit part la réforme de l’impôt sur la fortune. La taxe représenterait environ 20% de la valeur locative des biens concernés.   Charles Gillooley, président de la FNAIM, fédération d’agents immobiliers  dénonce une mesure selon lui « contreproductive », les agents étant d’autant plus inquiets que le marché anglais a déjà subi des revers depuis deux ans en raison de la perte de pouvoir d’achat de la livre par rapport à l’euro.  Faut il préciser que le patron de la FNAIM Dordogne est Anglais ?  

 

10) Périgueux et son centre

 

Par dessus le marché, les plaintes s’égrènent sur la ville passée à gauche, comme Bergerac, lors des dernières consulatations.  L’opposition au maire  fait son travail d’opposition. elle est contre. Tout contre. Avec une pétition des commerçants contre le projet de centre commercial sur l’actuel parking Montaigne, par exemple. Il va s’effondrer sur les sous sols, ruiner les boutiques, provoquer un tsunami (tremblement de terre en Français non télévisuel)...... Comme ci ce n’était pas déjà fait par la grande distribution. Par contre, il peut  mettre en péril pour longtemps un projet il est vrai plus séduisant, même si darcosien, qui prévoyait le retour à la promenade des « boulus », de Gamenson à Francheville, en un parcours piéton, et une traversée du Palais de justice à la vieille ville, à la place des actuelles automobiles, et qui aurait relié et agréablement ouvert secteur sauvegardé et secteur XIXème. Le patron de Benetton, ex nouvelles Galeries, lance à qui qui veut l’entendre une idée qui pourrait réconcilier les deux : mettre le futur centre commercial aux Jets d’eau, là où Périgueux avait son ancien théâtre. Super, la polémique va changer de place.