Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Périlgourdin

Blog pour une information locale rieuse et partagée loin des tristes monopoles

LA P'TITE REVUE DE PRESSE. France Bleu Périgord: les chercheurs de cèpes sont des cons

 

                   

        Revue de presse de Michel Labussière

En remontant le temps  dans les médias périgourdins déchaînés

 

Champignons, on hallucine

« Cueillette des champignons:selon les autoriétés, le nombre de cas d'intoxication ont augmenté ces deux dernières semaines» (France Bleu Périgord 30/9/2017). On l'avair remarqué aussi, les ramasseurs sont de plus en plus cons...

Bassillac, le coûteux feuilleton

« Ligne aérienne Périgueux-Paris : le débat reviendra au printemps » (Dordogne Libre 29/9/2017)  Bref, entre Grand Périgueux , Chambres de Commerce et déficit, il est toujours aussi urgent d'attendre...

 

Trésorerie, la proximité ne paie plus

«En Périgord, Mussidan veut garder sa trésorerie » (France 3 Aquitaine Périgords 27/9/2017). Et les Périgourdins, leurs émissions de France 3 Périgords. Mais il paraît que çà ne marchera pas non plus

 

30 casseroles pour un député

« Une trentaine d'insoumis ont organisé un concert de casseroles devant la permanence du député de la majorité présidentielle à Périgueux » (Isabelle Vitté, Echo Dordogne 2/10/2017). Le faible nombre des participants s'expliquerait par le fait que personne ne sait qui est le nouveau député macronien ni où il peut bien être...

 

Les cendres des défunts à la pelleteuse

«  Les cendres des défunts retournées à la pelleteuse dans le jardin du souvenir à Chamiers (Sud-Ouest 2/10/2017). L'affaire a choqué les plus proches voisins qui s'en sont retournés dans leur tombe...

 

Après la foi du charbonnier, la foi du cheminot

« Au Toulon, les cheminots en appellent aux élus pour sauver les ateliers SNCF » (Dordogne Libre 22/9/2017). Le maire de Périgueux ? Un de nos squatre députés débutants du capitalisme bienveillant ? Un conseil général qui préfère la route même au pied de Beynac ? Il n'y a que la foi qui sauve...

 

Bio Dordogne, Hulot hué

Agriculture bio et Dordogne, la région se veut rassurante après l'arrêt des aides de l'Etat en 2018 » (France 3 Aquitaine Périgords 22/9/2017). Passer de l'Etat à Bordeaux, c'est tomber de Charybde en Scylla. De quoi être rassurés en effet...

 

Loi travail : nous partimes 1600...

« 1600 personnes à Périgueux, 150 à Sarlat et 600 à) Bergerac ont manifesté contre la loi travail » (Echo Dordogne 22/9/2017) Bon, çà va, on a compris, la révolution et l'amélioration du sort des petits salariés, c'est pas pour toutr de suite...

 

Ne pas sortir

« 10 bonnes idées pour vos sorties de ce week-end en Dordogne » (Sud-Ouest 22/9/2016). A la lecture du programme, finalement, beaucoup ont décidé de rester chez eux...

 

Routiers en colère en Dordogne

« Le bras de fer entre les routiers et le gouvernement démarre ce lundi » (France Bleu Périgord 23/9/2017). Côté stratégie, Périgueux et ses ponts apoplectique sera facile à coincer, la déserte et large A 89 qui n'est utile qu'à Vinci, beaucoup moins...

Périgueux, la ville aux mille feignants

«Un millier de personnes ont défilé ce mardi dans les rues de Périgueux contre la loi travail » (France 3 Aquitaine Périgords 12/9/2017). Visiblement, les journalistes ont sous-évalué l'événement. Selon les Bergeracois il y aurait en effet 35 000 fainéants à Périgueux.

 

Bric à Brac à Saint-Laurent-sur-Manoire

« Le château de Saint-Laurent-sur-Manoire abrite une galerie baptisée Bim'Art » (Echo Dordogne 14/9/2017). Sachant que la mairie abrite de son côté le musée d'objets divers donnés à Roland dumas quand il était ministre, on pourrait même appeler tout le bourg bric à brac art.

 

Marsaneix, bio contre Jeff

«Cantine bio de Marsaneix, ses défenseurs de désarment pas face au maire»(Sud-Ouest 14/9/2017). Le problème est que le maire du regroupement Jef Larenaudie est toujours lui aussi ltoujours bien armé de convictions économiques.

 

La fin du hic des embouteillages

« Bientôt des ethylotests anti-démarrage sur les véhicules périgourdins ? »(France Bleu Périgord 14/9/2017). Cà y est, on a enfin trouvé la solution aux embouteillages.

 

Un commissariat qui déménage

« Usés par la vétusté des lieux, les policiers du commissariat de Périgueux poussent à déménager » (Dordogne Libre 14/9/2017). La préfète aurait trouvé un emplacement idéal, dans le quartier Lakanal. Ce qui tombe bien, il y a là l'immeuble de l'agglomération du Grand Périgueux qui, comme chacun le sait, ne sert strictement à rien.

 

 

Bugeaud à l'index

«Un groupe facebook demande s'il faut déboulonner Bugeaud , symbole de la barbarie coloniale» (Sud-Ouest 30/8/2017). C'est ce qui s'appelle ouvrir la boîte de Pandore. Car faudra-t-il alors éradiquer et pour d'autres raisons diverses les noms de la rue Thiers, de l'Ecole Maurice Albe, Hoche, Daumesnil, De Gaulle ou Pompidou, voire Monbtaigne dont les Essais nous ont tant torturé à l'école...

 

Préhistoire, attention au loup

«Le centre du Thot, à Thonac, dont la visite se veut complémentaire de Lascaux accueille désormais trois loups» (Echo Dordogne 30/7/2017. Entre les mammouths de Rouffignac, les espèces rares de Calviac , le culte de l'ours du Regourdou et les bisons de Miallet, il ne restait plus qu'à ouvrir la réserve d'indiens. C'est pourtant simple, c'est partout ailleurs.

 

Dordoniais et baroques

«Festival Sinfonia en Périgord, la musique baroque pour tous, jusqu'au 2 septembre» (France 3 Aquitaine Périgords 30/8/2017. Vu de Bordeaux, on confond visiblement tous les périgourdins et le «tout»Périgueux, qui n'en est d'ailleurs pas la partie la plus populaire...

 

160 jeunes -provisoirement- en Dordogne

«160 jeunes venus de toute la France sont venus paryiciper à Périgord Raid Aventure». (France Bleu Périgord 30/8/2017). Et en cette rentrée, dix fois plus, en fin d'études, s'apprêtent à le quitter, pour trouver du boulot, encore une raide aventure.

 

Une Périgourdine en télé réalité

«Télé-réalité, une Périgourdine de 43 ans relève le défi de l'émission Koh Lanta». (Dordogne Libre 30/8/2017). Comme quoi pour foutre le camp d'ici et découvrir un peu le monde, nos ressortissants sont vraiment prêts à n'importe quoi...

 

 

Les perles de facebook

 

Le prix de l'expression française à sur la page France Bleu Périgord:

«Nicolas De la Papaya :Oue mes bon quand tu récupère une equipe qui ses enfoncer sous l'air st André sa fait que il obliger de tout reconstruire il faut patiente point barre au lieu de les rabaissée merci» (sic)

 

 

Remplir les bus de Périgueux

«A la salle du Lux, les habitants du quartier étaient invités à une réunion sur les aménagement de circulation rendus nécessaires pour que les bus soient attractifs.» (Echo Dordogne 17/6/2017) Remplir Périgueux de bus, c'était pourtant joli. Mais remplir les bus de Périgueux, c'est plus dur.

 

 

Dans le Canard Enchaîné

 

VOUS AVEZ DIT RÉPUBLIQUE !

Le banc de la salle des pas perdus... pour tout le monde?

Du mobilier national de style Napoléon III, a disparu du tribunal de Périgueux à l’occasion des travaux de rénovation menés entre 2011 et 2014. Six candélabres de 2 à 3m de haut, deux bancs en bois et six poignées de bronze sont introuvables. Des fauteuils manquaient aussi à l’appel et auraient été redistribués à d’autres tribunaux, peut-être Bergerac ou Bordeaux. L’Agence publique pour l’immobilier de la justice (Apij), et l’ancienne présidente du tribunal pourtant sollicitées n’ont pas répondu. On savait l’Etat mauvais gestionnaire des biens nationaux (donc les nôtres). Dès lors un flot d’interrogations surgissent sans que l’on puisse avoir de réponses satisfaisantes. L’Etat serait mieux respecté s’il n’appliquait pas ce qu’il reproche aux autres. Le comble est que cela se passe au sein de l’administration judiciaire.

Et puis voilà qu’à peine parue dans la presse, soudain cette affaire s’éclaircit… en partie seulement. Quatre candélabres sur les six ont été remis aux Domaines afin d’être vendus, les deux autres sont remisés dans un coin de l’Ecole nationale de police de Périgueux. Il paraît qu’il n’était pas possible de les remettre en place pour des raisons de sécurité et ne correspondaient plus au nouveau décor. Les deux bancs en bois remis aux Domaines seront aussi vendus aux enchères. Quant aux six poignées en bronze, le mystère demeure. Que d’allégations curieuses, de décisions incohérentes, de révélations tardives, de transparence opaque nous sont servies comme un os à ronger !

Il y a quelques années, les Périgourdins s’étaient émus de la disparition des quatre lions (il n’en reste qu’un seul) des Quatre chemins. Il serait intéressant aujourd’hui de lire dans la presse ce que deviendra l’ancienne mairie et comment seront tenues les belles promesses des promoteurs de conserver les éléments historiques. La surprenante consultation du permis de construire suscite quelques réserves à cet égard. Les Périgourdins sont-ils attachés à leur patrimoine et soucieux de la conservation et de l’intégrité architecturale du secteur sauvegardé ?

 

Jicé

Larenaudie pas bio

«La cantine bio locale de Marsaneix menacée de fermeture par la nouvelle commune regroupée» (France 3 Aquitaine Périgords 8/4/2017). Le centre de décision est désormais en effet à Notre-Dame-de-Sanilhac et son démocrate premier magistrat Vive le mariage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Best off

Le dernier cri qui tue

«L'école de police s'offre un stand de tir dernier cri». (Dordogne Libre 22/3/2017). Le cri qui tue, sans doute...

 

Chers avions aquitains

Presque tous les aéroports aquitains ont vu une hausse de leur fréquentation en 2016 » (France 3 Aquitaine Périgords 4/1/2017) . Reste à savoir si le presque comprend la catastrophique liaison Périgueux-Paris voulue par la chambre de commerce mais équilibrée par nos impôts.

 

 

 

Et un petit rappel ...

Après parution de l' article ci-dessus dans le Canard Enchaîné du 28 décembre, les services de la justice qui n’avaient jamais répondu aux questions des Bâtiments de France ont soudain retrouvé -partiellement - la mémoire . Le président du tribunal Julien Simon Delcros affirme dans Sud-Ouest (29/12/2016) que deux des candélabres ont été « stockés » à l’école de police, on ne ait pourquoi. Car la destination de ces deux éléments reste toujours en suspens. Les Bâtiments de France attendent toujours en effet à ce sujet des nouvelles des services de l’immobilier de la justice...

Quatre autres, contrairement à ce que demandaient les Bâtiments de France, vont être vendus et se retrouveront probablement dans des collections privées.

Le président du tribunal a... avoué par ailleurs qu’il ignorait quelle « destination » avaient prises les poignées de bronze elles aussi disparues. Le bruit fait par cette affaire les aura peut-être sauvées de l’ oubli. A suivre...