Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le Périlgourdin

Blog pour une information locale rieuse et partagée loin des tristes monopoles

PORTRAITS. Quand le "garde champêtre" de Périgueux attendait les extraterrestres

                           Jean-Pierre Monmarson, ou le Martien au tambour


Monmarson2Notre garde-champêtreLe marché de Périgueux a peur : Jean-Pierre Monmarson,  le déchiré au tambour du Coderc menace de quitter le marché faute de soutien financier (Sud Ouest 9/10/2014). L’autoproclamé garde-champêtre et déguisé comme tel   serait-il la première victime collatérale de l’arrêté anti-mendicité ?
S’il attend des subventions de la nouvelle municipalité, c’est peut être aussi un signe qu’il croit encore aux martiens. En effet, le Périlgourdin a retrouvé des extraits dans la presse locale où il affirmait  avec autant d’aplomb et sans rire avoir eu des contacts avec des êtres venus d’ailleurs,

Illustrations: Monmarson ou  l’extraterrestre tambourinant.


Monmarson3     

 

Eric, un pro de... l'harmonica à Périgueux


Barthelemy-Eric.jpg

Eric Barthelemy. 

 Sans doute moins chic à certains yeux que le violon, l’harmonica n’est pas enseigné au conservatoire. Heureusement pour les amoureux de ce folklore chaleureux qui tient dans la poche, Eric Barthélémy, qui habite  le quartier de la route d’Atur à Périgueux,  l’enseigne  désormais  sur la ville, et  au-delà dans le département 

Cet harmoniciste, qui fait partie d’ un duo de clowns Jo & Rico et jour dans l’orchestre de bal Panach’music est un élève de Tony Padovani et d’Yves Lescure, il a travaillé avec Guy Lalande, et il est devenu un des rares spécialistes chez nous de cet instrument, plus complexe et complet qu’il n’y parait à première vue.

Il  présente l’avantage de faire plaisir pour pas cher dès les débuts  et jusqu’à des niveaux très techniques et virtuoses en variété, jazz, musette, ou classique, depuis l’harmonica de poche jusqu’à l’instrument d’accompagnement ou de basse. Tel 05 53 53 44 36 et facebook

 

 

Yvan Verschueren, clowneur poétique et rural 


VerschuerenAu cours d’une manifestation scandaleusement boycottée par les autorités, les amis d’Yvan Verschueren, 68 ans (ah le beau chiffre et qui promet encore mieux l’an prochain), viennent de procéder  en compagnie de leur héros et gourou à la pose d’une plaque sur le lieu de sa naissance, le 26 juin 1944, une maison de la rue Sirey, qui après avoir cédé la place à une agence du Crédit Agricole, reste dans sa famille puisque abritant à présent '' chez ma tante''  désormais dans la triste zone d’agrandissement du palais de justice et du parquet de Périgueux.

Verschueren02.jpg

Yvan Premier haranguant la foule devant sa maison natale

« Père et ardent défenseur de la ruralité culturelle » indique la plaque dont le dévoilement n’a été que le prétexte à des libations débridées après avoir élevé au rang de grand chevalier de la ruralité culturelle plusieurs de ses disciples particulièrement méritants pour leur ardeur à développer le lien culturel et l'augmentation du B.N.B (bonheur national brut)
Yvan Vershueren, chroniqueur de l’histoire des années cinquante à Périgueux sur le site Le Périlgourdin qui fait partie d’une troupe de théâtre à domicile est aussi un un homme d’écoute, puisqu’il a connu avec ses parents le métier de réparateurs de radios, installateur de sonos et d’antennes. Il a aussi été avec une bande d’autres joyeux drilles qui répétaient au palace, acteur dans la troupe Périscope, qui venait mettre un peu d’animation contestataire sur le marché de Périgueux du temps d’Yves Guéna, alors grand commandeur des croyants sur la ville. Une anticipation militante sur le grand ménage qui a été fait depuis. Yvan, qui adore cependant l’accordéon, tient par ailleurs à nous faire savoir qu’il n’ aucun lien de parenté avec son homonyme Dédé, roi du piano à bretelles musette et des flonflons limousins, lui aussi grand acteur de la ruralité culturelle.

 

 

 

                     

 

 

 

 

Hania la poétesse du pavé

 

Hania.jpg

Cela fait des années qu’elle bat le pavé et qu’après avoir vendu des roses, elle  propose aux clients des restaurants de lire de leur lire un de ses poèmes moyennant une pièce. Le plus dur est pour elle de se faire accepte par les restaurateurs qui ont peur de mettre mal à l’aise leurs clients. parmi ceux qui l’accueillent figurent l’Hôtel du Midi dans le quartier de la gare, le Saint-Louis,  et les Chinois, plus sensibles à la poésie que les Périlgourdins de souche, parait-il.  Et ils n’ont pas de mal. Une vocation de poétesse en live qu’elle vit aussi quasi quotidiennement rue Limogeanne, non loin du philosophe du Coderc (lire ci-dessous)  en proposant un  instant poétique aux passants. Son objectif est de publier un recueil de poèmes et un conte pour enfants pour lesquels elle cherche un éditeur.  (Contact 06 85 60 77 01)


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bertrand, l'intello du sexe

 

Peyrebrune-Bertrand.JPG

 

 

                       L’endroit préféré de Bertrand n’est pas une chambre avec miroirs mais la salle de lecture de la   

                       bibliothèque de Périgueux.

 

Bertrand Peyrebrune, patron du Sex shop Aurora X,   rue de la Miséricorde depuis 8 ans, a démé"nagé à la  Love Boutique 8 rue Condé à périgueux.
Il faut dire que Bertrand, ancien enseignant et éducateur est l’inverse du hardeur bellâtre ou du boutiquier cauteleux qu’on pourrait imaginer en la matière.  Le monsieur, qui donnait des cours ded maths et louait des chambres à des étudiants bien sous tous rapports  est en effet titulaire d’ un doctorat  est s’est mis sur le tard dans cette activité après une idée mûrement réfléchie dans sa cave-bar-bibliothèque. 

Et il a au cours de sa vie active cultivé les amitiés féminines davantage au planning familial que dans les boîtes de nuit. Ce n’est en effet pas  sur un  lit surmonté d’un miroir au plafond que l’intéressé passe le plus clair de ses jours et de ses nuits mais dans les bouquins de philo et de recherche. Un boulimie si exacerbée, qu’il s’est même installé à proximité de la bibliothèque municipale pour satisfaire à ses obsessions livresques. 
La Love Boutique est d’ailleurs devenu un endroit coquin, avec une partie soft pour -presque tous-, et une autre plus ...protégée.  Une boutique où on a aussi de la conversation et de la culture. Et où on ose même le god en vitrine. Il faut dire que les sex toy en question sont  d’un design  que ne désavoueraient  ni un Stark ni un César.

Love boutique

 


       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Objets d'art en vitrine à la Love Boutique                        

 

 

 

 

 

                              

                                      Daniel Mercier, un tapissier contre la chambre

Mercier DanielAprès les affaires soulevées par le blog Rue de la chouette sur le pôle interconsulaire, après la mise à l’écart d’un vice-président qui donnait trop son avis, après diverses critiques sur les fonctionnements et finances, certains petits ressortissants de la +chambre de Métiers lancent haut et fort leurs critiques. Ainsi, Daniel Mercier, tapissier autrefois rue Malesherbes à Périgueux et aujourd’hui à Coursac se plaint des caisses obligatoires et de la Chambre  dont la direction selon lui  selon dépense beaucoup en en interne et ne lui a jamais trouvé un apprenti. C’est ainsi qu’il a lancé une pétition « pour la liberté d’entreprise et pour former des indépendants ». Sur une grande pâncarte vissé à la façade de son atelier, il proclame son « ras le bol d’être taxé par d’autres artisans incapables, réclameurs de subventions et d’aides de la chambre de Métiers, qu’il qualifie d’  "assistants assistés". 
Daniel et son panneau à Coursac

 

Lien au sujet de la chambre de Métiers:  Site rue de la chouette : www.ruedelachouette.org/ : Le Pôle Interconsulaire et la CMA 24 Dossier en ligne sur l'affaire; Les pratiques fiscales de la CMA 24 et comment Vacchiani les a couverts (« c'est simple comme un coup de fil »affirme  l’auteur Thomas Gibertie).

 

 

 

Jean-Pierre Monmarson, tonitruant « garde-champêtre »

 Notre garde-champêtreJean-Pierre Monmarson, qui se déguise en garde champêtre à l’ancienne pour distribuer des pubs sur le marché est le crieur de bien des manifestations. A qui veut l’entendre,  il dit être un fan et nostalgique de...feu les sons et lumière de Saint -Front qui ont été supprimées des festivités de Périgueux . En battant tambour avec conviction et moustache en bataille.